Jeune diplômée et coordinatrice en foyer de vie : la réalité

26.2.17

Hello !

Aujourd'hui, j'écris un article un peu particulier, je vais vous parler de ma profession. Parce que ça me tient à coeur, parce que je ressens le besoin d'en parler et peut être aussi que cet article fera écho à d'autres personnes. Ce n'est pas une surprise, je le dis dans ma présentation je suis éducatrice spécialisée.

Pascal Duquenne & Daniel Auteuil - Le huitième jour

Au quotidien, je suis coordinatrice dans un foyer de vie auprès de personnes handicapées mentales adultes. Avant d'intégrer cette structure, lorsque j'évoquais mon métier et mon choix de vouloir travailler avec ce public à des personnes on me disait « Oh quel courage, il en faut de la patience pour ce métier, moi je ne pourrais pas » etc. Je leur répondais que moi, je n'avais pas l'impression de travailler au contraire et qu'avoir ce sentiment là au boulot était juste génial... Mais ça c'était avant.

Aujourd'hui après mes 6 premiers mois, je me rends compte que oui c'est difficile, oui il faut énormément de patience, oui il faut prendre sur soi que ça soit dans l'accompagnement des personnes handicapées mais aussi pour gérer une équipe. 

Mais j'aime ce métier, je l'ai choisi et je ne regrette pas mon choix. Après l'obtention de mon diplôme, je mettais fixée 4 critères de recherche pour mon premier job :
*accompagner des personnes handicapées mentales adultes
*intégrer un foyer en internat
*trouver une structure dans un périmètre établi au préalable proche de mon domicile
*et le summum avoir un poste en 9 à 12 heures

J'ai vu une annonce correspondant parfaitement à mes critères de recherche un mois avant de finir mon contrat d'apprentissage. C'était l'un de mes premiers CV envoyé, le premier entretien que j'ai passé et au final le premier CDI que j'ai décroché.

Dit comme ça, on se dit « le coup de chance » ou encore « le parcours rêvé » pour une jeune diplômée. Détrompez-vous, ça n'a pas été si rose que ça. C'était même la grosse désillusion dès mon premier jour au sein du foyer de vie. Je ne m'étalerais pas sur le sujet mais quand on mélange le manque d'organisation, le non travail en équipe et l'incompétence de certains ça donne un joyeux bordel ! J'ai eu 2 mois de période d'essai, 2 mois ou chaque jour je me suis demandée si j'allais rester ou non puis... Je suis restée. 

Au lieu de fuir comme certains me le conseillait, j'ai vu ce job comme une opportunité, comme un challenge, j'ai retenu seulement les points positifs et laissé de côté les points négatifs. Je ne vais pas mentir, rares sont les jours ou tout coule de source, ou mes nerfs ne sont pas mis à rude épreuve, ou je ne râle pas, ou je ne me répète pas que je suis VRAIMENT sous payée pour ce que je fais, ou lorsque Pierre, Paul et Jacques s'y mettent tous en même temps j'ai envie de prendre l'un pour taper sur l'autre (c'est juste une envie passagère hein!), ou j'aimerais que l'on forme une équipe vraiment soudée sans chamailleries quotidiennes... Mais voilà, j'ai choisi un métier difficile (je le savais), le domaine du social ce n'est pas le monde des bisounours c'est même un milieu dans lequel on hallucine bien trop souvent (je le savais aussi). Je pense que ce qui est le plus épuisant au quotidien c'est la lassitude et la démotivation des personnes avec lesquelles je peux travailler, c'est malheureux...


Même si ce n'est pas le job rêvé aux vues des conditions dans lesquelles nous travaillons, il y a tellement de bons côtés : je mets 25 min en voiture pour y aller (pas de bouchons avec mes horaires en décalés) - je travaille 4 jours sur 7 par semaine - j'ai 25 jours de congés payés + 18 autres jours + les heures des jours fériés travaillés à récupérer chaque année - lorsque j'aurais un enfant, je le déposerais chez la nounou que 12 jours par mois, une semaine sur deux il n'irait chez la nounou que 2 petits jours, il passera 3 jours rien qu'avec moi puis le weekend avec son papa, un mercredi sur deux je serais à ses côtés (et en plus de ça, sa nounou sera sa mamie...). 
Franchement ? Arrêtons de se plaindre et rappelons nous tout ses cotés positifs non ?!

6 commentaires

  1. Très bel article. Un métier difficile c'est certain, mais qui te correspond malgré tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui ma Céline, on y trouve son compte mine de rien !

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup ton article copine !! Il fait écho à mon quotidien aussi, oui c'est dur et parfois on en peut plus mais que c'est un métier passionnant, rempli de challenges, de tendresses, de rires et surtout c'est l'idéal de travailler avec de l'humain et non face à un ordinateur toute la journée ! Très bel article copine !!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on se comprend bien entre éduc ;)

      Supprimer
  3. C'est un beau métier que tu fais la mais qui semble difficile au quotidien.
    C'est tout à ton honneur d'arriver à en retirer le positif! C'est comme ça que tu arriveras à tenir et à t'épanouir dans ton boulot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, chaque jour est différent mais jamais sans difficulté. Pour autant, je n'envisage pas de faire autre chose comme métier !

      Supprimer

Latest Instagrams

© Chabouclettes. Design by Fearne.